Aspergirl Et Intérêt Restreint

 

Les créations du dimanche de Marianne. Il y en a encore 30 autres dans la boîte.

Parce que l’autisme chez les filles ne se traduit pas comme chez les garçons. Elles n’alignent pas forcément les petites voitures ni ne  construisent des trains. Chez Marianne, ma fille de 4 ans, son interet restreint se traduit par Lire la suite

Autiste, Comme Ta Mère…

 

L’arbre rage. Photo by Aspipistrelle. Tous droits réservés

Sens-tu, ma fille, cette rage qui te ronge?

Cette rage, cette rage!

Celle qui te laisse les avant bras rouges

Tant tu les as griffés

 

Sens-tu, ma fille, cette rage qui te ronge?

Cette rage, cette rage!

Celle qui te fait hurler des mots obscènes sans barrage,

Aux personnes aimées

 

Sens-tu, ma fille, cette rage qui te ronge?

Cette rage, cette rage!

Celle qui te fait te comporter comme un enfant en bas âge,

Un bébé capricieux

 

Sens-tu, ma fille, cette rage qui te ronge?

Cette rage, cette rage!

C’est moi qui te l’ai transmise en héritage,

Et chaque jour je m’en veux!

Aspipistrelle

Hypersensibilité, L’Enfer Au Quotidien

Dimanche matin, je me réveille et descends déjeuner à la cuisine. Je prépare ce dont j’ai besoin sur les table et ma fille arrive. :

– Mamaaaaan! Je m’ennuiiiiiiiiiiie! Viens jouer avec moi

– D’abord, je vais déjeuner puis je viens jouer avec toi.

-Mais je m’ennuiiiiiiie, tu joues d’abord puis tu déjeunes.

-Non ma chérie, j’ai besoin d’énergie pour jouer et pour cela il faut que je mange. Si tu veux, en attendant que j’ai fini, tu peux me tenir compagnie pour discuter.

Elle s’assoit en face de moi puis hurle:

– Je ne peux pas rester là, ça sent trop mauvais!!!

Je m’interroge car moi, je ne sens rien de mauvais.

– Mais siiiii, haaaa, ça sent trop mauvais!

Lire la suite

 » Maman, Je Suis Si Epuisée…. »

 

 » Maman, je suis si épuisée, je ne peux pas aller à l’école « . Voici les paroles de Marianne, ma fille de 4 ans en petite section de maternelle. Elle a eu ces paroles trois jours de suite en se rendant à l’école. Elle ne voulait pas entrer dans la salle de classe, m’agrippait en me serrant fort les jambes. Le troisième jour, j’ai craqué: je l’ai ramené avec moi à la maison. Seulement voilà, j’ai un boulot à temps plein et je devais m’y rendre. Je réalise cela quand j’arrive devant ma porte de maison, la petite à la main. Lire la suite