Comme Une Averse En Eté

 

Ca m’est tombé dessus comme une averse en plein été

D’abord, on est surpris de ressentir des gouttes froides après des semaines de soleil brûlant sur la peau. Puis, on apprécie la fraîcheur retrouvée, le bienfait aux sols assechés, l’odeur terreuse du sol mouillé, la beauté des gouttes qui perlent aux feuilles des arbres, aux herbes hautes comme mille joyaux.

Lire la suite

Publicités

Lettre A La Nouvelle Compagne De Mon Ex-Mari

Searching for peace. A la recherche de la paix intérieure

Cela fait quatre mois que mon mari et moi sommes séparés. Ma maison n’est pas encore vendue, j’y dépose encore ma fille un week-end sur deux. Je dois alors sonner à la porte comme une étrangère à ma propre vie. Je salue mon ex-conjoint cordialement, artificiellement. Je rentre et d’un coup d’oeil, je retrouve quelques meubles familiers éparses, le paillasson sur lequel chaque soir auparavant, j’essuyais mes pieds laissant ainsi mes soucis de la journée sur le pas de la porte. Je repars ensuite en saluant poliment, sans manquer d’étreindre très fort ma petite Marianne. Je remonte en voiture et jette un dernier regard à la façade de la maison de mes rêves. Rêves anciens de famille heureuse, de confort financier, d’amour inconditionnel. Avec la répétition, je me suis habituée à ressentir ce pincement au coeur, un week-end sur deux. Ce pincement qui s’estompe en un coup de pied sur l’accélérateur.

Lire la suite

F**k Aspergers

Sorry, this post’s title is rude but you know what? This is my space and I just want to shout loudly: f*ck Aspergers.

Today is one of these days when I’m tired of being an aspie. Being autistic defines who I am, what I can not do (a lot). Having Aspergers makes me exhausted all the time…

That doesn’t mean I don’t accept myself. I’d just like to press the OFF button to turn  my handicap off and feel free to be without thinking ahead how to avoid a meltdown or a shutdown.

 

Today is one of these days I hate being autistic. That’s all I want to say.

F*ck Asperger

Je sais, le titre n’annonce rien de bon. Et cet article ne sera pas de la grande littérature. Je m’en contrebalance ce soir. Ici, je peux poser mes bagages et  hurler: Asperger va te faire fou..e.

Il y a des jours où j’en ai ras le bol d’être Aspi. Avoir le syndrôme d’Asperger me limite, m’épuise, me tourmente. On a beau s’accepter comme on est, il y a des jours où on aimerait dire stop, mettre le handicap sur pause.

Un point.

C’est tout.

Témoignage d’Aspie

IMG_0567-0.JPG

Aujourd’hui, Un ami en plein questionnement sur le syndrôme d’Asperger en ce qui le concerne m’a dit:

Lire la suite

Un an après ma rencontre avec le syndrome d’Asperger

Il y a un an, je passais la porte du cabinet du Dr Psy et à la question « qu’est-ce qui vous amène dans mon cabinet? », je répondais à moitié en larmes : » je crois que je suis atteinte du syndrome d’Asperger ». Aujourd’hui qu’est-ce qui a changé?

 

Trouverais-je la paix intérieure?

Trouverais-je la paix intérieure?

TOUT A CHANGE

Lire la suite

maman asperger : avoir un autre enfant ou pas?

Devenir maman quand l’on est soi-même  porteuse d’un handicap que l’on peut transmettre à son enfant est une question difficile à aborder.

Je ne sais pas si j’ai transmis à ma fille Marianne le syndrome, toutefois je reconnais chez elle des comportements typiques. Je m’entends dire parfois par mes proches qu’à force de lire sur l’autisme, je vois des troubles autistiques là où je ne le devrais pas.

Avec mon conjoint, nous savions qu’après Marianne, nous n’aurions plus d’autre enfant. D’abord parce que je suis déjà âgée et donc qu’une deuxième grossesse serait risquée et ensuite parce qu’il a déjà un enfant d’une première union et que deux enfants, c’est déjà pas si mal. Je sais donc que je n’aurais pas d’autre enfant mais je ne peux m’empêcher de me demander si je le pouvais, si nous le voulions, est-ce que nous referions un enfant en sachant qu’il pourrait être Asperger à son tour. Est-ce que j’aurais eu Marianne si j’avais su que j’étais autiste?

Je crois que je m’en veux tellement déjà d’avoir (peut être) transmis le syndrome à ma fille. J’ai tellement peur qu’elle souffre  de cette différence comme moi j’ai pu souffrir. D’un autre coté, si elle s’avère elle aussi être Asperger, pour elle, les choses seront différentes que pour moi qui ai vécu 33 ans dans l’ignorance de mon état puisque son père et moi sommes deux parents informés et formés au syndrome et nous pourrons l’accompagner en toute confiance.

Après mure réflexion. La réponse est non. Non, si c’était à refaire, je ne prendrais pas le risque.

J’ai lu des témoignages de mamans Asperger qui adore avoir une famille nombreuse et qui le vive très bien. Je ne les juge pas, au contraire je les envie, dieu sait que je les envie!

Aspispitrelle