Carl Jung Etait Asperger #2

Organiser ses pensées pour résoudre des paradoxes.

Cet article fait suite à l’article « Carl Jung était Asperger » que je peux résumer de la façon suivante: il m’arrive parfois d’être tellement absorbée intellectuellement par un concept ou la résolution d’un paradoxe que je m’éloigne de la réalité et ce, jusqu’à ce que ce concept fasse sens, que le paradoxe m’apparaisse clairement résolu.

Lire la suite

Publicités

Les Morceaux de Verre


 

A l’aube, je fus gaie

Au soir, je croquais du verre

Jamais je ne te reverrai

Les morceaux sont amers.

Lire la suite

Carl Jung Etait Asperger

Prise dans une boucle infinie de trains de pensées

Mon corps s’efface, mes besoins ne se font plus ressentir, le monde extérieur n’est qu’une masse diffuse en mouvement, le temps continue de s’écouler dans une autre dimension que la mienne. Voilà ce que je ressens quand je dédis toute mon énergie à la résolution d’un problème. Je sais que je ne pourrais quitter cet état où toute mon attention est aspirée dans ce processus intellectuel intense que lorsque j’aurais trouvé la solution. Me voilà prisonnière d’une obsession intellectuelle. Celles-ci  ont lieu quand je fais face à un paradoxe, un problème scientifique, un concept que je ne comprends pas.

Lire la suite

La Peur De Te Faner

 

 

Te voir.

Te chercher.

Te croiser.

Te fuir pour ne pas ressentir. Te chercher encore. Te trouver puis te regarder. Profiter de cette beauté. Hésiter, se cacher derrière des banalités. Etre avec toi à tout prix. Etre à côté de ton corps, cette enveloppe qui te contient. Dessiner du regard la courbe de ton bras. Frôler ta peau claire. Rêver de poser ma main sur ta joue et t’assurer que tout va bien.

J’envie ta jeunesse. Ce sourire sans ride. Cette insouciance de l’adulte sans enfant, sans attache. Ce rire franc que j’aimerais ne jamais voir s’évanouir. J’ai peur de te fâner en te touchant.


Je t’ai dit « I’m trouble ».

I’m trouble, I told you.

Je suis dans le trouble  ’cause I love you.


Mon esprit est en deserrance. Je ressasse. J’étouffe mon coeur à coup de raison. Qu’on m’inoccule la phtisie que je crache cet amour. Non merci, je vous le rends. J’aimerais me fuir, quitter ce monde où je peux te rencontrer. Rentrer dans d’autres sphères et m’éloigner.

Invariablement, tel Promethée supplicié à la répétition douloureuse, je te cherche, te rejoins et me replonge dans les affres de l’amour à sens unique.


La peur m’empêche de tout t’avouer

La peur de te fâner.

 

Suivez-moi sur Facebook ou Instagram ou contactez-moi : aspipistrelle@yahoo.fr

 

A Ce Dîner, Encore Une Fois, J’ai Décroché…

A ce dîner, j’ai décroché.

A ce dîner, dans le brouhaha des voix, des couverts posés sur le rebord des assiettes en claquant, dans le mouvement cahotique des corps, j’ai senti mes sens s’altérer. Mon esprit s’est mis à vagabonder pour échapper à cette surcharge sensorielle.

Lire la suite

Les indices qui m’ont mis sur la voie du haut potentiel de ma fille

Révélateurs numériques de la douance

J’ai eu quelques indices de la précocité de Marianne dès ses premiers mois mais j’ai longtemps cru voir ces exploits à travers le prisme déformant de la fierté maternelle. Je vous revèle dans cet article ce qui m’a vraiment fait prendre conscience des capacités logico-mathématiques de ma fille et qui m’a décidé à lui faire passer un test de QI sans attendre ses 6 ans. Peut-être cet article aidera d’autres parents hésitants à sauter le pas.

Lire la suite

Je Vous Vois. Je Vous Lis. Je Vous Vis

 

Dédicace à tous mes lecteurs, à mes contacts virtuels mais néanmoins précieux…

Cher lecteur fidèle ou papillonnant,

Pour commencer, permets-moi de te vouvoyer.

Lire la suite