Annoncer Son Diagnostic d’Autisme?

caminhar pés sobre pés, preto e branco, não ao racismo

Annoncer son diagnostic d’autisme est une affaire personnelle.  Je partage cette vidéo de Marie-Josée Cordeau, auteure québécoise autiste  dont j’admire le travail d’auteure et de sensibilisation. Dans cette vidéo, elle donne quelques conseils pour l’annonce du diagnostic d’autisme basés sur sa propre expérience. Lire la suite

Publicités

Autisme: de l’Art du Bon Ménagement des Hypersensibilités

 

Autisme et hypersensibilité

Quand les sens sont au repos, l’apaisement est au rendez-vous.

 

A mon autisme, se raccroche un lot d’hypersensibilités. Je vis avec ce corps dont tout est branché à fond. Imaginez-vous avec un casque vissé sur les oreilles déversant en continu une musique à fond, portant des vêtements faits de papier de verre, dotés d’un nez de parfumeur, ayant des pupilles dilatées en permanence laissant pénétrer intensément la lumière. Pour ce qui est du goût, je suis  épargnée contrairement à bon nombre d’autistes.

Lire la suite

Trans Sensibilité

Connectée en permanence aux émotions des autres

L’écriture sur ces pages m’a forcée à réaliser une introspection pointue. J’aime comprendre le monde, et par conséquent, le travail de connaissance que je pratique sur les autres, je le pratique sur moi-même aussi. Récemment, j’ai découvert que j’avais la particularité d’absorber littéralement les émotions des autres. Je suis une éponge à émotions. Certaines personnes sont capables de rentrer dans une pièce pleine de monde et de sentir, ressentir l’ambiance générale, la présence d’alchimie entre les gens  ou la tension entre certaines personnes. Certains disent que c’est comme « avoir des antennes ». C’est ce qui m’arrive aussi, on peut parler d’hypersensibilité à l’environnement ambiant. J’ai trouvé que, chez moi, cela allait encore un peu plus loin qu’une simple sensation: j’absorbe l’ambiance.

Lire la suite

Carl Jung Etait Asperger #2

Organiser ses pensées pour résoudre des paradoxes.

Cet article fait suite à l’article « Carl Jung était Asperger » que je peux résumer de la façon suivante: il m’arrive parfois d’être tellement absorbée intellectuellement par un concept ou la résolution d’un paradoxe que je m’éloigne de la réalité et ce, jusqu’à ce que ce concept fasse sens, que le paradoxe m’apparaisse clairement résolu.

Lire la suite

Les Morceaux de Verre


 

A l’aube, je fus gaie

Au soir, je croquais du verre

Jamais je ne te reverrai

Les morceaux sont amers.

Lire la suite

Carl Jung Etait Asperger

Prise dans une boucle infinie de trains de pensées

Mon corps s’efface, mes besoins ne se font plus ressentir, le monde extérieur n’est qu’une masse diffuse en mouvement, le temps continue de s’écouler dans une autre dimension que la mienne. Voilà ce que je ressens quand je dédis toute mon énergie à la résolution d’un problème. Je sais que je ne pourrais quitter cet état où toute mon attention est aspirée dans ce processus intellectuel intense que lorsque j’aurais trouvé la solution. Me voilà prisonnière d’une obsession intellectuelle. Celles-ci  ont lieu quand je fais face à un paradoxe, un problème scientifique, un concept que je ne comprends pas.

Lire la suite

La Peur De Te Faner

 

 

Te voir.

Te chercher.

Te croiser.

Te fuir pour ne pas ressentir. Te chercher encore. Te trouver puis te regarder. Profiter de cette beauté. Hésiter, se cacher derrière des banalités. Etre avec toi à tout prix. Etre à côté de ton corps, cette enveloppe qui te contient. Dessiner du regard la courbe de ton bras. Frôler ta peau claire. Rêver de poser ma main sur ta joue et t’assurer que tout va bien.

J’envie ta jeunesse. Ce sourire sans ride. Cette insouciance de l’adulte sans enfant, sans attache. Ce rire franc que j’aimerais ne jamais voir s’évanouir. J’ai peur de te fâner en te touchant.


Je t’ai dit « I’m trouble ».

I’m trouble, I told you.

Je suis dans le trouble  ’cause I love you.


Mon esprit est en deserrance. Je ressasse. J’étouffe mon coeur à coup de raison. Qu’on m’inoccule la phtisie que je crache cet amour. Non merci, je vous le rends. J’aimerais me fuir, quitter ce monde où je peux te rencontrer. Rentrer dans d’autres sphères et m’éloigner.

Invariablement, tel Promethée supplicié à la répétition douloureuse, je te cherche, te rejoins et me replonge dans les affres de l’amour à sens unique.


La peur m’empêche de tout t’avouer

La peur de te fâner.

 

Suivez-moi sur Facebook ou Instagram ou contactez-moi : aspipistrelle@yahoo.fr