Ouvrir Les Esprits, Un A La Fois

Fotolia_116179125_XS

Ma fille, aime toi pour aimer les autres.

Cela fait 7 mois maintenant que je suis mère célibataire, travaillant à temps plein, élevant ma fille à haut potentiel intellectuel. Par ailleurs, je suis autiste. Plus exactement, j’ai le syndrôme d’Asperger. Etre mère célibataire, n’est pas une sinécure. Etre autiste complique les choses. En plus, avoir un enfant à besoin particulier rend la tâche épuisante. Bien que j’arrive à gérer le travail, l’éducation de ma fille, la maisonnée, j’aimerais plus d’aide. Puisque je me débrouille si bien, aucun neurotypique ne peut se rendre compte que je suis mentalement et physiquement épuisée. Dans la communauté autiste, on me dit avec une once de jalousie parfois que je devrais être reconnaissante de pouvoir faire toutes ces choses si bien. Bref, chez les neurotypiques comme chez les autistes, je n’ai pas de raison de me plaindre. Il faut bien voir qu’en comparaison avec d’autres parents, ma situation n’est pas la plus difficile. Il y a des mamans avec des enfants autistes sévères, des aspies dont les traits autistiques les handicapent au point de ne pas pouvoir travailler. Et puis quel parent ne rêve pas d’avoir un enfant surdoué? Souvent, cela me rend triste et je me sens rejetée par chacune des deux communautés. C’est le côté sombre de l’autisme invisible, d’être au bord du spectre autistique. Concernant la douance, on oublie qu’elle n’est pas gageure de succès futur, qu’elle peut être handicapante dans un monde normatif. Malgré ce ressenti négatif, j’essaie de ne pas devenir aigrie. J’essaie d’être un modèle pour ma fille et je tente de lui enseigner des valeurs qui me tiennent à coeur:

Lire la suite

Opening minds, one at a time

Fotolia_116179125_XS

Dear daughter, love yourself and others

I’ve been a full-time job working single mom for seven months now raising a 6-years old gifted child. Besides, I am autistic diagnosed with Asperger’s syndrome. Being single mom is not easy, being an autistic woman makes it even harder and taking care of a special needs child is exhausting. Although I am managing to deal with all daily activities, I often wish I get more support. As I function and manage so well, nobody in the neurotypical world could even notice my mental and physical exhaustion. In the autism community, I’ve been told that I should be thankful to be able to do so many things. From both neurotypical and neurodivergent point of view: I have no reason and no right to complain compared to others in worst situations: moms having a severly autistic child or aspies with more pronounced traits preventing them to even get a job. Often, it makes me sad, unwanted and rejected by both communities. This is the dark side of the high functioning and invisible autism, of being at the extreme limit of the autistic spectrum. The fact that my child is gifted makes it even worst. How many parents would dream to have a gifted child? What they don’t know is that giftedness is also a disability in our society built on normative values. Giftedness is not a synonym of future success. Despite of this halo of negativity around me, I tried to be a role model for my daughter, not less.  I try every single day to teach her some principles that matters to me whether she is gifted, Aspergers, a girl or just a simple kid.

Lire la suite

Fake Autistic Woman

I’ve been diagnosed as neuro-atypical 2  years ago at age 34.

I am not gifted (neither intellectually nor in sports or arts)

I don’t have a memory like an elephant

I do not live in a glass bubble (actually, I live in France)

I don’t lack  empathy.

Lire la suite

Bon Sang, Où Est Ma Planète?

 

Planète Aspergirl, où es-tu ?

Femme Asperger française, suis-je seule sur cette Terre? Suis-je une extra-terrestre?



Cet article traite de mon sentiment d’invisibilité en tant que femme Asperger dans la société. J’ai voulu écrire cet article suite à un évênement que j’ai vécu. Dernièrement, je suis allée à une conférence donnée par Josef Schovanec dans une université française de sciences humaines et sociales. Pour ceux qui ne le connaisse pas, Josef Schovanec est philosophe, écrivain et militant pour la dignité des personnes autistes. Il est lui-même autiste Asperger et participe bénévolement à des actions de sensibilisation à l’autisme à travers de conférences qu’il donne.

Lire la suite

Hypersensibilité, L’Enfer Au Quotidien

Dimanche matin, je me réveille et descends déjeuner à la cuisine. Je prépare ce dont j’ai besoin sur les table et ma fille arrive. :

– Mamaaaaan! Je m’ennuiiiiiiiiiiie! Viens jouer avec moi

– D’abord, je vais déjeuner puis je viens jouer avec toi.

-Mais je m’ennuiiiiiiie, tu joues d’abord puis tu déjeunes.

-Non ma chérie, j’ai besoin d’énergie pour jouer et pour cela il faut que je mange. Si tu veux, en attendant que j’ai fini, tu peux me tenir compagnie pour discuter.

Elle s’assoit en face de moi puis hurle:

– Je ne peux pas rester là, ça sent trop mauvais!!!

Je m’interroge car moi, je ne sens rien de mauvais.

– Mais siiiii, haaaa, ça sent trop mauvais!

Lire la suite

Être Mère C’est…, Etre Mère Autiste C’est…

bouquet de pissenlits dans verre de cuisine

 

Être mère c’est accepter avec amour ce bouquet de pissenlits tendu par son enfant. Être maman, c’est savoir que c’est par ces gestes candides que son enfant lui montre qu’il l’aime.

Être maman autiste, c’est accepter le bouquet tendu par son enfant, consulter sa banque de données des comportements enfantins et se dire  » les enfants offrent des fleurs, cueillies plus ou moins au hasard, souvent à proximité de là où ils sont en train de jouer. Leur beauté n’est pas un critère de choix. Elles peuvent être des marguerites, des primevères, des coucous et même des pissenlits. Le parent réagit en général en acceptant le bouquet d’un air satisfait et répond par un large sourire. Cette attitude contente l’enfant qui, en général, repart vaquer à ses activités. Parfois, cette scène se déroule à l’intérieur du foyer et le parent récipendiaire ( la mère, le plus souvent) sort un récipient quelconque qu’elle remplit d’eau et qu’elle dit être un vase dans lequel elle met le bouquet. De la même façon qu’à l’extérieur, l’enfant retourne jouer. »

Être mère autiste, c’est prendre le bouquet, et après analyse rapide de sa banque de données, mettre en branle la gymnastique faciale pour sourire largement à son enfant. Puis, prendre un verre de cuisine et le remplir d’eau afin d’y plonger les tiges de pissenlits. Et enfin, se laisser déborder par son enfant qui lui saute dans les bras de joie, le serrer et lui dire qu’on l’aime aussi très fort.

Une pensée chaleureuse à toutes les mamans aspies.