Sur La Voie De L’Acceptation

Bienvenue à Acceptation. Bon séjour!

Mille jours. C’est le temps qu’il m’aura fallu pour accepter mon diagnostic de syndrôme d’Asperger reçu à l’âge de 36 ans. Il y a trois ans, j’ai découvert mon talon d’Achille: mon syndrôme d’Asperger. Des psychiatres et psychologues ont déterré les vestiges de mon âme tels de méticuleux archéologues mettant à jour des ossements multimillénaires, me laissant avec ces morceaux poussiéreux dans l’attente de reformer un tout qui révelerait un quelconque secret.

L’acceptation, c’est pour moi, ne plus avoir honte de qui je suis, ne plus avoir peur du regard de l’autre, ne plus avoir la boule au ventre à l’idée que mon « terrible secret » soit dévoilé. Le Joker peut bien arracher le masque de Batman, il n’éteindra pas le désir irrépressible de justice de Bruce Wayne. Plusieurs éléments et évenements m’ont mis sur cette voie et je vous en fais part dans cet article.

Lire la suite

Publicités

Asperger’s Syndrome: My Emotions are a Jackson Pollock’s Painting

My emotional state right now! Convergence by Jackson Pollock. Image property of the Albright-Knox Art Gallery, Buffalo, NY.

As an autistic woman and contrary to the common belief: my emotions are intense, co-existing, intricated, complex like colors in a Jackson Pollock’s painting. However, when I’m facing an autistic metdown or shutdown, I don’t feel anything anymore and  they can be compared as a Yves Klein’s blue monochrome.

Lire la suite

Syndrôme d’Asperger: Mes Emotions Sont Une Toile de Pollock

convergence.jpg

Une bonne représentation de mon état émotionnel. Convergence by Jackson Pollock. Image property of the Albright-Knox Art Gallery, Buffalo, NY.

Je suis autiste et contrairement à la croyance populaire, mes émotions sont intenses. Mais elles sont aussi intriquées, colocataires, complexes comme les couleurs que composent les peintures de Jackson Pollock. Cependant, quand je suis en plein « meltdown » (effondrement autistique) ou « shutdown » (mutisme temporaire), je ne ressens plus rien et mon état émotionnel ressemble plutôt à un monochrome bleu de Yves Klein.

Lire la suite

Ouvrir Les Esprits, Un A La Fois

Fotolia_116179125_XS

Ma fille, aime toi pour aimer les autres.

Cela fait 7 mois maintenant que je suis mère célibataire, travaillant à temps plein, élevant ma fille à haut potentiel intellectuel. Par ailleurs, je suis autiste. Plus exactement, j’ai le syndrôme d’Asperger. Etre mère célibataire, n’est pas une sinécure. Etre autiste complique les choses. En plus, avoir un enfant à besoin particulier rend la tâche épuisante. Bien que j’arrive à gérer le travail, l’éducation de ma fille, la maisonnée, j’aimerais plus d’aide. Puisque je me débrouille si bien, aucun neurotypique ne peut se rendre compte que je suis mentalement et physiquement épuisée. Dans la communauté autiste, on me dit, avec une once de jalousie parfois, que je devrais être reconnaissante de pouvoir faire toutes ces choses si bien. Bref, chez les neurotypiques comme chez les autistes, je n’ai pas de raison de me plaindre. Il faut bien voir qu’en comparaison avec d’autres parents, ma situation n’est pas la plus difficile et je le conçois tout à fait. Il y a des mamans avec des enfants autistes sévères, des aspies dont les traits autistiques les handicapent au point de ne pas pouvoir travailler. Et puis quel parent ne rêve pas d’avoir un enfant surdoué? Souvent, cela me rend triste et je me sens rejetée par chacune des deux communautés. C’est le côté sombre de l’autisme invisible, d’être au bord du spectre autistique. Concernant la douance, on oublie qu’elle n’est pas gageure de succès futur, qu’elle peut être handicapante dans un monde normatif. Malgré ce ressenti négatif, j’essaie de ne pas devenir aigrie. J’essaie d’être un modèle pour ma fille et je tente de lui enseigner des valeurs qui me tiennent à coeur:

Lire la suite

Opening minds, one at a time

Fotolia_116179125_XS

Dear daughter, love yourself and others

I’ve been a full-time job working single mom for seven months now raising a 6-years old gifted child. Besides, I am autistic diagnosed with Asperger’s syndrome. Being single mom is not easy, being an autistic woman makes it even harder and taking care of a special needs child is exhausting. Although I am managing to deal with all daily activities, I often wish I get more support. As I function and manage so well, nobody in the neurotypical world could even notice my mental and physical exhaustion. In the autism community, I’ve been told that I should be thankful to be able to do so many things. From both neurotypical and neurodivergent point of view: I have no reason and no right to complain compared to others in worst situations: moms having a severly autistic child or aspies with more pronounced traits preventing them to even get a job. Often, it makes me sad, unwanted and rejected by both communities. This is the dark side of the high functioning and invisible autism, of being at the extreme limit of the autistic spectrum. The fact that my child is gifted makes it even worst. How many parents would dream to have a gifted child? What they don’t know is that giftedness is also a disability in our society built on normative values. Giftedness is not a synonym of future success. Despite of this halo of negativity around me, I tried to be a role model for my daughter, not less.  I try every single day to teach her some principles that matters to me whether she is gifted, Aspergers, a girl or just a simple kid.

Lire la suite

Duelle

 

Etre Asperger, c'est vivre avec une certaine dualité

Etre une femme Asperger, c’est vivre avec une certaine dualité.

 

 

Marie chante à tue-tête dans sa voiture, la musique à fond.

Manon ne supporte que les fréquences graves des voix d’homme à la radio. Elle ne l’allume plus que très rarement quand elle conduit. Le silence est plus appréciable.

Marie a une folle envie de repartir en Italie pour les vacances. Si seulement elle pouvait  revoir Florence et la tour de Pise, les paysages de Toscane et remonter au sommet du Vésuve, déambuler dans  le forum romain.

Lire la suite

100 000

Grâce à ce blog, j’ai rencontré d’autres flamants roses.

100 000 : c’est beau. J’aime les chiffres, les statistiques. Le blog a dépassé il y a quelques jours les 100 000 vues. J’avais décidé, à l’occasion, d’écrire un article sur ce passage à 6 chiffres et puis je me suis découragée car la notoriété n’est pas ce qui me motive. J’ai songé que quelque soit le contenu, j’allais paraître fate. J’ai immédiatement pensé que l’utilisation de cet adjectif qui me semblait ,malgré tout, tout à fait pertinent mais quelque peu désuet était une bonne illustration de « mon Asperger ». J’ai ensuite réfléchi à son utilisation au féminin, plutôt rare dans la littérature, et me suis alors tout à fait éloigné de ma réflexion sur le contenu de cet article. Revenons à nos moutons (désolée pour celles qui sont en train de visualiser des moutons maintenant ;-)). Qu’est-ce qui me motive à continuer l’écriture? A quoi cela sert-il de rester dans l’ombre? Que se passe-t-il en coulisse?

Lire la suite