Diagnostics et confusion

Je viens donner ici des nouvelles de Marianne. Pour ceux qui ne nous connaissent pas, voici un récapitulatif des évenements. Marianne est ma fille agée de tout juste 6 ans et, qui, en quelque sorte, est à l’origine de la découverte de mon autisme. A 2 ans, elle rencontrait un psychiatre spécialisé dans les TSA (troubles du spectre autistique)  qui nous conseillait de la faire voir par une pédopsychiatre du CRA. A ses 3 ans, j’obtenais mon diagnostic d’adulte atteint du syndrôme d’Asperger. Enfin, à ses 4 ans, elle fut diagnostiquée haut potentiel intellectuel avec un QI proche de 140. Quand est-il aujourd’hui de son diagnostic d’autisme Asperger?

Lire la suite

F**k Aspergers

Sorry, this post’s title is rude but you know what? This is my space and I just want to shout loudly: f*ck Aspergers.

Today is one of these days when I’m tired of being an aspie. Being autistic defines who I am, what I can not do (a lot). Having Aspergers makes me exhausted all the time…

That doesn’t mean I don’t accept myself. I’d just like to press the OFF button to turn  my handicap off and feel free to be without thinking ahead how to avoid a meltdown or a shutdown.

 

Today is one of these days I hate being autistic. That’s all I want to say.

F*ck Asperger

Je sais, le titre n’annonce rien de bon. Et cet article ne sera pas de la grande littérature. Je m’en contrebalance ce soir. Ici, je peux poser mes bagages et  hurler: Asperger va te faire fou..e.

Il y a des jours où j’en ai ras le bol d’être Aspi. Avoir le syndrôme d’Asperger me limite, m’épuise, me tourmente. On a beau s’accepter comme on est, il y a des jours où on aimerait dire stop, mettre le handicap sur pause.

Un point.

C’est tout.

Mon plus beau cadeau de Noël 

Mon cadeau cette année est de ne pas fêter Noël.

Lire la suite

Dead inside

Ca commence ainsi, je gère. Debout 06h30, je lève la petite, je m’adapte à ses hypersensibilités et à sa routine. Tout ça, c’est réglé comme du papier à musique: biberon, habillage, préparer le repas sans allergène pour la cantine, se battre avec la pointe des collants qui gènent dans les bottes. Vingt minutes de trajet, bisou-calin, » à ce soir ma chérie ».

Lire la suite

Je suis down down down, meltdown

IMG_0543.JPG

Cela faisait plusieurs jours que je le sentais arriver et il arriva avec perte et fracas. Le  » meltdown », la crise de nerfs. Cela a commencé avec ma fille qui m’obligeait à répéter au mot près les phrases de son livre d’histoires sans quoi elle se mettait à hurler. Au lieu de me dire que c’est sûrement une conséquence de son ( probable ) autisme, je bloque et je persiste à raconter l’histoire comme je l’entends. Elle hurle, je crie que ça suffit et c’est la crise. Il y a des jours où je n’arrive pas à appliquer avec ma fille, les stratégies de débloquage de situations liées à l’autisme, surtout quand je suis moi-même en surmenage. Ca donne deux autistes dans la même pièce qui crient.

Lire la suite