#MoiAussi

#MoiAussi

#balancetonporc

Le silence, la honte, la culpabilité pendant des années? Mais pourquoi au fond?

Le silence, la honte, la culpabilité pendant deux décennies. Pourquoi?

Dans le cadre de l’action #metoo #MoiAussi entraînant la prise de conscience de l’ampleur des agressions sexuelles subies par les femmes à tout âge et soutenue par les milliers de témoignages, j’ai décidé d’apporter de l’eau au moulin, pour que nos filles ne subissent plus jamais cela,qu’elles ne restent jamais dans le silence comme moi. Cet article ne sera probablement que temporaire car le voir se dérouler sous mes yeux chaque jour, voir raviver ces souvenirs dans mon jardin secret qu’est mon blog m’est insupportable. Voici, malgré tout, mon témoignage.

J’adorais ma grand-mère. J’adorais aller chez elle et passer les après-midis à la campagne à enjamber le ruisseau, attraper les tétards, allez voir les chevaux à vélo à travers les chemins boueux, goûter la tarte aux mûres en été. Mais…

Chez ma grand-mère, vivait son fils, mon oncle. Un « vieux » garçon, comme on dit. Je l’aimais bien aussi. Toujours à rigoler, à s’interesser à nous, à moi, à ce que je faisais à l’école, à mes copines. Cela changeait de mon père  avec qui les relations étaient glaciales.

Souvent, il m’envoyait chercher quelquechose à la cave, à l’autre bout de la maison: du vin, de la glace, un rouleau d’essuie-tout. Souvent, sur le chemin du retour, à l’écart de tout regard extérieur, je me retrouvais nez à nez avec lui mais sans son pantalon, en érection. Figée par la peur, je baissais la tête et feignais de ne rien avoir remarqué, me détournais et courais vers la salle à manger pour retrouver les autres membres de la famille. Je réapparaissais confuse mais je ne divulgais rien.

Quand j’étais en vacances chez ma grand-mère, il me disait « viens me réveiller de ma sieste à trois heures parce que je n’entends pas le réveil quand je dors profondément. » A trois heures, ma grand-mère ne pouvant plus monter les escaliers me demandait d’aller le réveiller. Ne voulant pas la décevoir en lui disant la vérité, je m’executais. Arrivée en haut des escaliers, je le voyais, nu, dans l’entrebaillement de la porte en érection m’attendant innocemment. Je dévalais les marches quatre à quatre en criant « Tonton, c’est l’heure de se lever! » pour retrouver, le coeur battant, ma grand-mère.

Pendant les vacances chez ma grand-mère, je ne dormais pas des nuits. J’avais volé la clef de la porte de ma chambre pour la garder toujours sur moi. Je crevais de peur quand, arrivé le soir, j’entendais des pas derrière la porte et je voyais la clanche s’abaisser. Je dormais la fenêtre ouverte pour pouvoir sauter au cas où il aurait trouvé un double de la clef.

J’avais 10 ans, j’avais 13 ans, j’avais 16 ans.

J’ai attendu mes 27 ans pour en parler à mon frère. La honte m’a muselée pendant près de 20 ans.

Aujourd’hui, je fais le même cauchemar encore et encore: la police m’accuse du meurtre d’un enfant dont le corps est retrouvé enterré dans le jardin de ma grand-mère. Je pense être innocente mais je doute, j’ai peur de l’avoir fait et d’avoir oublié. Dans ce rêve, je fais tout mon possible pour prouver mon innocence et prouver que mon oncle est l’assassin. Il y a des nuits où j’y parviens et la police le serre et d’autres où, non inquiété, du fond du jardin ,il me sourit d’un air complice.

J’ai mis très longtemps à comprendre ce rêve, à comprendre que cet enfant enterré et caché n’était autre qu’une représentation de moi-même. J’ai compris qu’encore aujourd’hui, il y a des nuits où je doute de ma propre innocence.

Prescription. Impunité. Plus jamais.

Suivez-moi sur Facebook ou Instagram ou contactez-moi : aspipistrelle@yahoo.fr

 

Publicités

2 réflexions sur “#MoiAussi

  1. C’est terrifiant, on dirait un roman et ce morceau de vie que vous décrivez est en fait une réalité.
    Une pensée attristée pour la petite fille apeurée.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Essentielle | Aspipistrelle

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.