100 000

Grâce à ce blog, j’ai rencontré d’autres flamants roses.

100 000 : c’est beau. J’aime les chiffres, les statistiques. Le blog a dépassé il y a quelques jours les 100 000 vues. J’avais décidé, à l’occasion, d’écrire un article sur ce passage à 6 chiffres et puis je me suis découragée car la notoriété n’est pas ce qui me motive. J’ai songé que quelque soit le contenu, j’allais paraître fate. J’ai immédiatement pensé que l’utilisation de cet adjectif qui me semblait ,malgré tout, tout à fait pertinent mais quelque peu désuet était une bonne illustration de « mon Asperger ». J’ai ensuite réfléchi à son utilisation au féminin, plutôt rare dans la littérature, et me suis alors tout à fait éloigné de ma réflexion sur le contenu de cet article. Revenons à nos moutons (désolée pour celles qui sont en train de visualiser des moutons maintenant ;-)). Qu’est-ce qui me motive à continuer l’écriture? A quoi cela sert-il de rester dans l’ombre? Que se passe-t-il en coulisse?

Je me suis lancée dans l’aventure de l’écriture d’un blog, il y a trois ans exactement, avant d’obtenir mon diagnostic du syndrôme d’Asperger (vous pouvez retrouver les premiers articles du blog en partant d’ici). Quelque soit l’issue du diagnostic, autiste ou pas, je ressentais le besoin de partager, comme d’autres pionnières l’ont fait avant moi (Magali Vocat, Magali Pignard, Superpépette) mes interrogations, mes introspections, mon fonctionnement cognitif que je découvrais être différent de la majorité de la race humaine.

Sans fausse modestie, j’exècre mon style. Je me force à poster malgré des articles aux contours indéfinis, incomplets, souvent mal structurés, parfois médiocres. Je prends une grande respiration avant d’appuyer sur la touche « Publier ». Je m’y oblige car mon perfectionnisme me paralyse souvent et m’empêche de partager mes mots.


Un besoin d’information


Je ne me leurre pas: les 2500 visiteurs mensuels ne s’arrêtent pas chez moi pour lire mes histoires de coeur ou de poids mais principalement pour y trouver de l’information concernant les tests en ligne, les traits principaux des femmes autistes, les démarches et le déroulement du diagnostic. Souvent, ils cliquent sur les liens que j’ai ajoutés et s’en vont faire un tour chez les « copines » (au Royaume d’une Asperger, les tribulations d’une Aspergirl…). Et c’est tant mieux. La diffusion de l’information sur le syndrôme d’Asperger au féminin est cruciale aujourd’hui car encore méconnu et les préjugés sont durs à combattre.


L’écriture m’aide à donner un sens à la découverte de mon autisme.


Je persiste toutefois à donner à ce blog un caractère très personnel, très introspectif. Je ne recherche pas à attirer l’attention sur mes maux, je ne recherche même pas du réconfort. Souvent, rendre publiques des pensées si intimes me terrifie, moi qui porte en permanence cette carapace protectrice. Je considère cette activité comme un devoir d’information pour les femmes qui se reconnaissent dans la description du syndrôme d’Asperger au féminin. L’enchainement des idées, le rapport au corps, à son environnement, la gestion des émotions, la gestion du rapport aux autres sont autant d’aspects mal connus du fonctionnement intérieur des femmes Asperger. Les mettre à jour permet aux parents d’aspergirl de mieux les comprendre, aux conjoints de mieux anticiper le comportements de leurs épouses sur le spectre. Peut-être aussi cela aide-t-il certaines femmes Asperger à se sentir un peu moins seule avec ce fonctionnement si particulier lorsqu’elles peuvent s’identifier.

Comme je l’ai déjà expliqué dans cet article (« Mon anonymat »), mon anonymat me permet cette liberté d’expression sans craindre des représailles de la part d’un parent honteux, d’un amant éconduit, d’un militant capacitiste…Mon anonymat est la garantie de ma liberté de parole.


Ces amitiés sont de petits coussins de coton que je serre contre moi quand je perds le contrôle de mon autisme.


Au début de cette aventure, comme je le raconte dans un de mes premiers articles « bon sang, mais où est ma planète? », j’étais perdue. Je ne m’identifiais pas tout à fait aux neurotypiques ni tout à fait aux autres autistes. J’étais « équilibriste sur le fil de l’autisme », à se balancer tantôt dans vers univers tantôt vers l’autre. Et puis, des lecteurs et des lectrices ont commencé à me contacter. J’ai été stupéfaite de lire les courriels d’autres femmes Asperger. Stupéfaite et glacée à la fois tant nous paraissions semblables sur de nombreux points. Parlant le même langage (soutenu, étayé, poli, franc…), ayant les mêmes repères, rencontrant les mêmes difficultés, observant le monde avec le même regard. J’ai découvert des personnes avec lesquelles je pouvais réellement rentrer en contact et ce, sans aucun effort. Ces rencontres valent toutes les peurs et toutes les prises de risques! Je les chéris. Souvent, elle me redonnent espoir. Ces amitiés sont de petits coussins de coton que je serre contre moi quand je perds le contrôle de mon autisme.


Ce blog, c’est du travail.


Pour vous donner une idée: je passe en moyenne trois à quatre heures pour l’écriture d’un article. Ensuite, une autre heure pour choisir l’illustration. Puis encore quelques heures pour répondre aux réactions qui s’ensuivent. J’écris quand je suis au calme et quand j’ai beaucoup de temps devant moi ce qui est est assez rare, finalement. Le soir, une fois que Marianne est au lit, et qu’il me reste une once de tracé cérébral, je réponds aux courriels sur aspipistrelle@yahoo.fr entre deux courriels professionnels.


Merci à toi.


 Merci à toi Laura pour tous tes messages gorgés de bienveillance, de culture, de gentillesse et absents de tout préjugé au regard de mon autisme. Merci à Natacha d’avoir sauvé la chauve-souris ;-). Merci aux femmes Asperger, pionnières en terme d’écriture de blog (Magali Vocat, Magali Pignard, Superpépette,les tribulations d’une Aspergirl) et qui m’ont mise sur le chemin du diagnostic et qui ont, elles, le courage de s’afficher publiquement. Merci à toi, qui prend le temps d’écrire un commentaire au passage.

 

Merci à vous!

Publicités

Une réflexion sur “100 000

  1. Félicitation aspipistrelle pour vos 100 000 vues, mais je pense que vous ne tombez pas des nues vu la qualité des contenus que vous nous proposez et vous savez à quel point j’y suis assidu.
    Vous êtes une personne débordée, avec une vie bien saturée, un travail qui vous plait, une fille à élever, des passions à cultiver et pourtant vous êtes toujours disposée à aider les aspergirls désemparées.
    Vous parlez de l’autisme avec réalisme, sans activisme forcené ni angélisme niais. Vous expliquez vos ressentis, vos aventures, et votre style n’en n’est pas amoindri, vous avez fière allure dans ce monde en déconfiture.
    Votre site est comme la lumière d’un phare dans un environnement sans espoir et les femmes qui se posent des questions y trouvent toute votre attention. C’est un point de repère pour toutes celles qui errent, qui vivent parfois l’enfer parce qu’elles sont asperger.
    Mille merci pour votre travail sans faille, pour moi votre blog a été une sacrée trouvaille qui m’a redonné gout à la bataille de la vie.
    Mille merci aspipistrelle, la chauve souris exceptionnelle qui répond à mes courriels, qui partage mes états émotionnels, qui étend son aile.
    Les visiteurs seront bientôt 200000, vous nous touchez au coeur, vous avez mis dans le mile, c’est que du bonheur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s