Pense-bête: « n’oublie pas qui tu es »

Un cerveau autiste dans un corps de femme. Vivre avec le syndrome d’Asperger

Après un divorce douloureux, je commence à avoir des sentiments pour quelqu’un. Cela m’effraie car, j’ai tendance à incarner des rôles féminins afin d’être aimée en retour. C’est un trait de personnalité que je relis au syndrôme d’Asperger. Je construis des images de femme que je joue pour plaire à l’autre au prix de ma propre identité. Pour éviter que cela ne se reproduise, j’ai décidé de m’écrire un petit pense-bête que je m’imposerai de relire régulièrement pour éviter de tomber à nouveau dans ce piège de la femme caméléon.

« Peu importe si tu es follement amoureuse. Un conseil: n’oublie pas qui tu es. Tu es une femme autiste aux besoins spécifiques. N’oublie pas que, pour pouvoir fonctionner correctement, faire les choses que tu aimes et prendre soin de ta famille, tu dois bien dormir et ce, chaque nuit,  bien te nourrir et ce, à chaque repas. Tu dois également réduire les sources de stress et de stimuli au maximum. Et cela compte aussi pour les interactions sociales, quelles qu’elles soient même s’il s’agit d’interactions sympas avec ton amoureux.

Tu es une femme intelligente, résiliente et indépendante. Aucun homme sur terre ne peut changer cela. N’essaie pas encore une fois de jouer à la femme camaléon dans le but d’essayer de combler ses besoins et de se rapprocher le plus possible de sa vision de la femme idéale. C’est une route pavée d’embuches que tu as déjà foulée. Te souviens-tu d’avoir incarné ce personnage à la perfection afin d’être aimée de l’homme sur lequel tu avais jeté ton dévolu? Te souviens-tu dans quel état tu as fini? Epuisée, manquant de confiance en toi, abandonnant tes propres rêves! Tu t’es trouvée à te sentir une moins que rien, une mythomane, une dissimulatrice. Ceci ayant pour effet de te faire échouer dans tous les aspects de ta vie, tant personnels que professionnels.

Souviens-toi que tu as besoin d’énormément de temps pour toi, pour recharger tes faibles batteries d’autiste. Cela ne changera jamais. Et rappelle toi que ce précieux temps n’est pas monnaie d’échange. C’est ta réserve d’énergie. Ne force pas les interactions malgré ton besoin croissant de te sentir connectée aux autres de ton espèce. Profite juste de quelques minutes de discussions de qualité avec des gens de bon esprit et ouverts. Juste un peu, pas trop, suffisament pour maintenir un minimum de confiance en toi sans grapiller sur ton temps de récupération. C’est comme si tu étais au régime. Pour perdre des traits autistiques pour l’été, essayez-le « Régime sans contact humain ». Oui, souvent, tu considères ton autisme comme un châtiment. Mais c’est inéluctable. Tu es née autiste, tu mourras autiste. Tu ne changeras jamais. A chaque fois que tu fais la gourmande, imagine ton cerveau ultraconnecté risquant de griller à tout moment. Tu ne peux pas le remodeler. Tu n’as pas ce pouvoir. Tu dois vivre avec.

Tu es sur le point de tomber amoureuse. Prends bien conscience de ta personnalité intérieure. Sache que tu n’as pas à t’adapter aux idéaux des autres ou aux codes sociaux en vigueur pour être aimée en retour. Et surtout, arrête de te demander sans cesse ce que ferait une femme normale dans telle ou telle situation. Sois toi-même au moins une fois dans ta vie et ne te laisse pas happée par l’image de la femme que tu aimerais être. « 

Publicités

3 réflexions sur “Pense-bête: « n’oublie pas qui tu es »

  1. Ton article tombe à point nommé… J’en suis à peu près dans les mêmes étapes. J’ai su faire par le passé, être la femme parfaite au moment parfait. Je ne veux plus. J’aimerais pouvoir entrer en contact avec quelqu’un, même autrement qu’amoureusement, sans avoir besoin de jouer.

    J'aime

  2. Avant tout Merci….je crois n avoir été jamais aussi proche de quelqu’un et en même temps ,je ne te connais pas!! Tu décris avec tellement de justesse et de précision ce que l on peut vivre ,nous femme « autiste  » que cela en est troublant… Tu dis exactement ce que j ai pu vivre par le passé et encore il n y a pas si longtemps , jouer un rôle était une seconde nature pour moi ,être conditionnée aux attentes des autres au point d y laisser de son identité pour ne pas être pointée du doigt…. pour être la petite femme « parfaite ». Alors je te dis Merci car maintenant je ne me sens plus seule , je lis chacun de tes articles avidement car je sais que tu vas parler de moi , à travers ton parcours ,je met des mots sur le mien ….et ton pense-bête va beaucoup me servir à être et rester celle que je ne dissimulerait plus .

    J'aime

  3. Je suis tombée sur ton blog par hasard et je suis touchée, bouleversée… De comprendre enfin ce qui m’habite, comment je fonctionne.. J’ai découvert il y a peu que je suis HP et l’idée d’être Asperger faisait route, petit à petit, dans mes pensées. Mais je ne me retrouvais pas dans ce que j’en lisais. Ton blog est une révélation… !
    Merci d’oser écrire tes ressentis, tes vécus. Merci, car je comprends enfin pourquoi je pète des plombs quand je ne dors pas suffisamment et correctement (au point où mon entourage s’inquiète de ma santé mentale), pourquoi je ne supporte que le silence et le moins d’interactions sociales possibles. Juste un peu, mais à doses homéopathiques, choisies consciemment, pourquoi je ne peux envisager d’avoir d’enfants à cause du sommeil et du silence qui sont nécessaires à ma survie… Pourquoi, aussi, je me suis tant suradaptée aux hommes pour qu’ils ne me quittent pas… jouant de multiples rôles, et pourquoi, du coup, je m’éloignais tant de mes besoins profonds.
    J’en suis au même stade, en train de tomber amoureuse. Follement amoureuse. Et je sens, instinctivement, que je dois me protéger, ne pas le voir trop souvent, garder un peu de distance. Et en même temps, je sens que je dois être totalement moi-même, parler de mes besoins (repos, calme, rituels..), parler beaucoup tout court, lui dire qui je suis, comment je fonctionne, mes failles, mes gouffres, mes joies. Et seulement à ce prix, je pourrai me sentir à la maison, parfaitement en sécurité.

    Merci pour tes mots très touchants. Merci pour ton authenticité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s