Autiste, comme ta mère…

 

L’arbre rage. Photo by Aspipistrelle. Tous droits réservés

Sens-tu, ma fille, cette rage qui te ronge? 

Cette rage, cette rage!

Celle qui te laisse les avant bras rouges

Tant tu les as griffés

 

Sens-tu, ma fille, cette rage qui te ronge?

Cette rage, cette rage!

Celle qui te fait hurler des mots obscènes sans barrage,

Aux personnes aimées

 

Sens-tu, ma fille, cette rage qui te ronge?

Cette rage, cette rage!

Celle qui te fait te comporter comme un enfant en bas âge,

Un bébé capricieux

 

Sens-tu, ma fille, cette rage qui te ronge?

Cette rage, cette rage!

C’est moi qui te l’ai transmise en héritage,

Et chaque jour je m’en veux!

Aspipistrelle

Publicités

6 réflexions sur “Autiste, comme ta mère…

  1. Bonjour
    Je suis une maman aspi. Ma fille de 6 ans est asperger. Merci pour ce poème. Je n’aurais jamais su mieux lui dire combien je m’en veux de lui avoir transmis ce mal être.
    Merci pour votre blog

    J'aime

  2. Bonjour…. Mon dieu, comme ce poème me parle! Testée HQI il y a peu, suite à la détection de ma puce de 6 ans, je me sens toujours un peu à côté… de la plaque, des autres…. même de la plupart des autres HQI que je connais… et je me demande, à la lecture de votre blog, si je ne serais pas à la frontière, tout au moins, du TSA… alors, merci pour votre sublime poème, et pour votre superbe blog, qui m’aidera, c’est sûr, à avancer, quel que soit le chemin…

    J'aime

  3. Je suis en train de revenir à l’hypothèse aspi pour moi, à laquelle j’avais renoncé après un entretien au CRA qui concluait que je ne l’étais pas. Ce qui m’a valu deux ans d’enfer et de tourments intérieurs sans nom. Le simple fait de revenir à cette hypothèse, grâce à une amie dont le fils vient d’être diagnostiqué et qui a su me convaincre, me rend tellement légère que c’en est une bénédiction. Tout prend sens et, en particulier, l’incroyable négligence chronique de mes parents envers mes soeurs et moi. La honte et la culpabilité que j’éprouvais d’avoir été une si mauvaise mère pour les fils, la rancune et la colère envers mes parents qui avaient été eux-mêmes si nuls, se sont évaporées. Tout cela prend sens. Si colère il y a, c’est envers ce @&$%# de psy du CRA, un incompétent comme tant d’autres, qui a cru me rassurer et m’a seulement poussée au désespoir, à deux doigts d’en finir. Envers cette société hyper individualiste aussi, qui laisse les mères dans une solitude effroyable. Bon sang, heureusement que je suis têtue et que j’aime la vie, malgré tout, et mes enfants. Et moi. Je m’aime, telle que je suis, je vaux tellement mieux que ces pauvres gens étriqués et bardés de leur ignorance. Ce n’est pas nous, les handicapés, ce sont eux, quand même, ils sont sacrément limités. Si nos particularités étaient prises en compte, seraient-elles plus gênantes que d’autres qui sont socialement acceptées ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s